II/ La stérilisation par micro-ondes est-ce efficace ? Comment ça marche?

     Au jour d’aujourd’hui, il est devenu courant d’utiliser le four à micro-ondes pour chauffer mais aussi stériliser le biberon des nouveaux-nés. Nous avons donc voulu savoir si cette méthode était effectivement efficace. Pour ce faire, nous avons « comparé » l’efficacité de cette méthode stérilisante avec les Ultra-Violets (UV) qui sont utilisés en médecine pour stériliser les outils.

 

Nous avons donc décidé de prélever des ferments lactiques à partir d’un pot de yaourt où se trouvaient plusieurs types de bactéries, et de les déposer dans des boîtes de Pétri. Cette manipulation doit se faire dans des conditions stériles. Pour cela, nous avons nettoyé la table à l'aide de la javel, puis nous nous sommes lavés les mains avec des lingettes d'alcool, et enfin, nous avons allumé un bec bunzène. En effet, la flamme produit un cône de stérilisation d'une taille d'environ 15cm.


                                                          fcone-de-sterilisation-1.jpg


Une fois ces bactéries prélevées à l’aide d’un ensemençeur stérile et déposées dans 5 boîtes de Petri (3 pour le micro-ondes, 1 pour les UV, et 1 témoin qui ne sera exposée nulle part), nous pouvons commencer à exposer la première aux UV. Ceci a été fait pendant une durée de 5min.  Ensuite, nous avons voulu chauffer la boîte de Petri au four à micro-ondes durant 30 secondes mais celle-ci s’est  déformée et l’agar-agar était devenu quasiment liquide : nous avons donc constaté qu’il fallait modifier notre protocole et refaire notre expérience la semaine suivante. Nous avons tout de même placé la boîte témoin et celle exposée aux UV dans une étuve chauffée à 27°C durant une semaine. 


La semaine suivante, nous avons constaté qu'aucune bactérie ne s'était développée dans nos deux boîtes placées dans l'étuve. Ceci n'est pas normal, car des bactéries auraient dû se développer dans la boîte témoin.  Après avoir discuté avec Lucie, la préparatrice du laboratoire, notre conclusion fut que la gélose utilisée était peut être tout simplement trop vieille.

 



Prélèvement des bactéries à l'aide de l'ensemençeur

Prélèvement des bactéries.png




Pour rebondir après notre échec, nous avons ensuite refait la même manipulation en changeant uniquement de gélose. Elle est neuve et plus nutritive que la précedente.



La semaine d’après, les résultats étaient trop infimes pour les exploiter. Le protocole fut alors revu afin d'améliorer les résultats : nous avons décidé de fabriquer notre propre yaourt avec de l’eau distillée mélangée à du lait concentré en poudre dans une éprouvette graduée. La concentration en bactéries dans celui-ci est alors plus forte. De plus, la gélose fut aussi modifiée. En effet, nous avons rajouté du sucre dans celle-ci afin d’augmenter les chances de développement des bactéries.


Nous avons prélevé à l’aide de l’ensemenceur quelques gouttes de notre lait concentré et ainsi ensemencé la boîte témoin et la boîte destinée aux UV. La boîte de Petri qui devait chauffer dans le four à micro-ondes fut remplacée par l’éprouvette graduée contenant les bactéries. Celle-ci est en verre et donc quasiment insensible aux actions du micro-ondes sur les molécules d’eau. Mais, cette fois ci, la solution s’était complétement évaporée en quelques secondes, du à la forte température. L’ajout d’un couvercle se montrait donc indispensable mais il restait trop peu de notre solution de lait pour pouvoir l’exploiter. Nous avons donc recréé la même solution en suivant les mêmes proportions, avec cette fois-ci un couvercle.

Les bactéries furent donc exposées 5min aux UV puis 1, 3 ou 5min au four à micro-ondes.





Expérience.png




L’expérience donna les résultats espérés : dans la boîte témoin, les bactéries s'étaient fortement développées. La boîte ayant passé 5min aux UV ne montra aucune présence de bactérie.

Enfin, plus les boîtes étaient exposées longtemps au micro-ondes, moins il y a eu de développement de bactéries. De plus, aucune bactérie de s'était développée dans la boîte qui y avait été exposée durant 5 minutes.


Résultat.png

 

 

 

resultat-experience-4.jpg

 

 

 

Voici une photo de l'observation microscopique des bactéries qui s'étaient développées dans la boîte témoin après coloration au bleu de méthylène:

observation microscopique des bactéries.jpg

                                             Grossissement: 15 x 60 = 900x

 

 

 Suites à nos différentes recherches sur internet, nous avons constaté qu'il existe deux principaux types de bactéries au sein des ferments lactiques: ce sont les lactobacilles ( caractérisées par des batonnets) et les streptocoques (caractérisées par des ronds). Nous observons bien ces deux types de bactéries au microscope. Ce sont bien des bactéries issues des ferments lactiques qui se sont développés dans notre boîte témoin. 

 

 


Voici une vidéo résumant notre expérience:

 

 

 

 


Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site